14 JAN 16 0 commentaire
Deux naissances ouvrent les registres de Vendôme

Deux naissances ouvrent les registres de Vendôme

Ce 1er janvier, Manatéa et Soline ont ouvert les registres 2016 alors qu’Arthur était le dernier inscrit de 2015. Les naissances sont stables à Vendôme.

 

Un garçon, Manatéa, fils de Jessica et Tuahiti, qui a hérité comme ses sœurs Hinenao et Herehia d’un prénom tahitien. Il est le premier né à la clinique du Saint-Coeur de Vendôme, le 1er janvier vers 8h30, tandis que quelques heures plus tard, à 13h30, naissait, Soline, fille de Stéphanie et Fabien. Quelques heures avant, c’est Arthur, fils de Léna et Karl, qui a bouclé les naissances de l’année 2015 à la maternité. Le service aura donc enregistré cette année 575 naissances ces douze derniers mois. Un chiffre stable pour la maternité qui compte aujourd’hui 13 sages-femmes, 14 auxiliaires de puériculture, une infirmière en puériculture et 3 médecins gynéco-obstétriciens. «Certaines sages-femmes travaillent aussi dans les cabinets libéraux de Vendôme et de Mer », précise Kevin Lucereau, sage-femme du service. Le service travaille également avec trois anesthésistes.

Les professionnels sont répartis sur deux services, la salle de naissance et le service maternité du 3e étage, chacun compte au minimum une sage-femme et un auxiliaire présent sans interruption.

 

 » Hôpital ami des bébés « 

Le service dirigé par Elisabeth Gault prépare actuellement sa labellisation « Hôpital ami des bébés ». Une certification qui prouvera la mise en place de certaines techniques visant à mieux accompagner les mères et les enfants. « Une réflexion est en cours afin de permettre aux femmes ayant eu une césarienne de passer plus rapidement en salle de naissance afin de faire connaissance avec leurs enfants au lieu de les conduire en salle de réveil, si leur état le permet. »

C’est l’une des multiples pistes de travail du service qui souhaiterait obtenir ce label en septembre prochain. Les actions de la maternité continuent aussi sur les questions d’allaitement, maternel ou artificiel. « Le but, dans tout l’accompagnement, c’est de respecter au maximum le choix des femmes », précise la sage-femme.

 

© La Nouvelle République – 03-01-15 – Par Aziliz Le Serre

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.